Sélectionner une page

Ces dernières semaines, de nouvelles balises ont fait leur apparition sur les chemins de promenades du territoire : un nouveau réseau de balades balisées verra le jour cet été !

Attention, les travaux de réfection sont actuellement toujours en cours : 10 balades pédestres, 3 circuits VTT et 3 parcours équestres seront bientôt à découvrir, encore un peu de patience !

Pour toute question à ce sujet, n’hésitez pas à contacter l’Office du Tourisme au 085/84 96 40 ou via l’adresse mail tourisme@ac.andenne.be.

Sélectionner le fond de carte
CARTES / IGN
CARTES / IGN
SCAN EXPRESS CLASSIQUE / IGN
SCAN EXPRESS CLASSIQUE / IGN
CARTES TOPOGRAPHIQUES / IGN
CARTES TOPOGRAPHIQUES / IGN
OPEN STREET MAP
OPEN STREET MAP
GOOGLE MAP - SATELLITE
GOOGLE MAP - SATELLITE
GOOGLE MAP - PLAN
GOOGLE MAP - PLAN
GOOGLE MAP - HYBRIDE
GOOGLE MAP - HYBRIDE
PLAN / IGN
PLAN / IGN
SCAN EXPRESS STANDARD / IGN
SCAN EXPRESS STANDARD / IGN
PARCELLES CADASTRALES
PARCELLES CADASTRALES
CARTES LITTORALES / SHOM/IGN
CARTES LITTORALES / SHOM/IGN
CARTES AERONAUTIQUES OACI / IGN
CARTES AERONAUTIQUES OACI / IGN
PHOTOS AERIENNES / IGN
PHOTOS AERIENNES / IGN
IGN BELGIQUE
IGN BELGIQUE
Image du circuit

Balade à Vezin - 7,8 km

Le nom de Vezin serait issu du mot gallo-romain viciniu signifiant hameau, lui-même dérivé du mot latin vicus signifiant village. Rien d’étonnant donc pour un village formé par 5 hameaux : Vezin, Somme, Sclaigneaux, Houssoy et Ville-en-Warêt !

 Carte d’identité



 Localisation : rive gauche de la Meuse

Nombre d’habitants : 2.356

Nom des habitants : Vezinois, -oises



Description



L’une des particularités de Vezin, est la présence de deux églises sur son territoire : l’église Saint-Martin et l’église de Saints-Pierre et Paul, que vous croisez sur votre parcours. Cette caractéristique s’explique par les deux paroisses qui cohabitent au sein du même village : les paroisses de Vezin et de Ville-en-Warêt.



Difficile aussi d’évoquer Vezin sans aborder l’exploitation de l’oligiste, qui constitue la principale activité économique du village et emploie jusqu’à plusieurs centaines d’ouvriers. Cet oxyde naturel de fer est présent dans de petits puits et des galeries à flanc de coteaux : à Vezin, l’exploitation des mines de fer débute vers 1750 et se poursuit jusqu’au début du 20ème siècle, époque à laquelle les derniers puits vezinois sont remblayés.



Sur votre balade, vous croiserez d’ailleurs de nombreux éléments du paysage rappellant ce passé minier.



La chapelle Sainte-Barbe se trouve à proximité de l’ancien site d’exploitation de la minière du Bois des Maçons dont le puits fut creusé au 19ème siècle pour atteindre une profondeur de 205 mètres. Tous les jours, lorsqu'ils entraient dans la mine par la galerie toute proche, les mineurs invoquaient Barbe, la patronne de tous ceux exposés au danger des flammes de par leur profession, pour sa protection. Après leur journée de travail, en signe de remerciement, ils déposaient à ses pieds le reste de la chandelle à la lueur de laquelle ils avaient œuvré.



Le puits de Bâty-Driane faisait partie de la mine de Vezin-Brichebo. Le 26 septembre 1883, un incendie se déclare dans une des galeries et provoque la mort de 21 jeunes ouvriers. Un monument à leur mémoire a été érigé à l’initiative de la jeunesse de Ville-en-Warêt.



 Comme en témoigne le Moulin Brichebo, présent à Vezin depuis le Moyen Âge, la meunerie est une autre activité économique importante à Vezin. Ici, il s’agissait d’un moulin à aube utilisé pour moudre le grain. De ses propriétaires, on retient deux grands noms : la famille de Salmier au 16ème siècle et la famille Maquet qui donne au moulin son deuxième patronyme au 19ème siècle.

Le coup de cœur de l'équipe

 L’aspect médiéval de la « Tour Carrée » de la ferme de Houssoy : ancien siège d’une seigneurie et datée de la 1ère moitié du 14ème siècle, elle ressemble à un décor de film !

Le saviez-vous ?

À l’initiative de l’association locale « Vezinons Ensemble », la chapelle Sainte-Barbe, dédiée à la patronne des mineurs et des carriers, a récemment été rénovée.  Surmontée d'un toit en forme de petit clocher entouré de 4 clochetons, elle rappellerait la forme de la tour dans laquelle fut enfermée Barbe.

7.9 km
Facile
50.503341, 5.003795
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
Image du circuit

Balade à Vezin - 5,5 km

Le nom de Vezin serait issu du mot gallo-romain viciniu signifiant hameau, lui-même dérivé du mot latin vicus signifiant village. Rien d’étonnant donc pour un village formé par 5 hameaux : Vezin, Somme, Sclaigneaux, Houssoy et Ville-en-Warêt !

 Carte d’identité



 Localisation : rive gauche de la Meuse

Nombre d’habitants : 2.356

Nom des habitants : Vezinois, -oises



Description



Difficile d’évoquer Vezin sans aborder l’exploitation de l’oligiste, qui constitue la principale activité économique du village et emploie jusqu’à plusieurs centaines d’ouvriers. Cet oxyde naturel de fer est présent dans de petits puits et des galeries à flanc de coteaux : à Vezin, l’exploitation des mines de fer débute vers 1750 et se poursuit jusqu’au début du 20ème siècle, époque à laquelle les derniers puits vezinois sont remblayés.



Le puits de Bâty-Driane faisait partie de la mine de Vezin-Brichebo. Le 26 septembre 1883, un incendie se déclare dans une des galeries et provoque la mort de 21 jeunes ouvriers. Un monument à leur mémoire a été érigé à l’initiative de la jeunesse de Ville-en-Warêt.



Comme en témoigne le Moulin Brichebo, présent à Vezin depuis le Moyen Âge, la meunerie est une autre activité économique importante à Vezin. Ici, il s’agissait d’un moulin à aube utilisé pour moudre le grain. De ses propriétaires, on retient deux grands noms : la famille de Salmier au 16ème siècle et la famille Maquet qui donne au moulin son deuxième patronyme au 19ème siècle.

5.5 km
Facile
50.503147, 5.003799
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
Image du circuit

Circuit Brichebo

Des rochers de Sclaigneaux, en bord de Meuse, à la route de Hannut, en Hesbaye, cette localité enjambe le point culminant de la Moyenne Belgique (220 mètres).



Dans la descente vers Namêche, on rencontre le petit château de Melroy, ravissante demeure du 18ème siècle, et plus haut dans le village, le château-ferme de Houssoy, ensemble clôturé en grès ferrugineux, construit au 17ème siècle et sa Tour carrée qui semble dominer le paysage.

7.6 km
Facile
395 Rue de Leuze 5300 Andenne
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
Image du circuit

Balade à Sclayn - 4 km

Terre seigneuriale du comté de Namur sous l’Ancien Régime, Sclayn et sa collégiale furent pendant plus de 600 ans le siège d’un chapitre fondé au 12ème siècle par l’empereur Henri. Quelques pas dans ses ruelles pavées rappellent ce passé historique...

Carte d’identité



Localisation : rive droite de la Meuse

Nombre d’habitants : 1.720

Nom des habitants : Sclaynois.e



Description

Le centre du village de Sclayn s’organise autour de la place communale. Autour d’elle gravitent des bâtiments historiques qui méritent quelques mots d’explication.



Le monument aux morts tombés durant la Première Guerre mondiale a été restauré en 2019.  Il trône sur la Place depuis la fin des années 1920 et fut réalisé par Gaston François, un artiste local originaire de Thon-Samson. À son sommet, la sculpture qui l’orne tient une épée, et a le « regard tourné vers la frontière de l’Est, dans une attitude calme et résolue ».



Construit au 13ème siècle, l’ancien presbytère, aujourd’hui transformé en habitations privées, a successivement servi d'habitation, d'hôpital, d'école ou de logis du maître. Le bâtiment est classé depuis 1949.



L’ancienne collégiale Notre-Dame et Saint-Félix de Sclayn, actuelle église Saint-Maurice, a été fondée au 11ème siècle et était desservie par un chapitre de chanoines jusqu’au 18ème siècle. Les petites rues charmantes des alentours abritaient les bâtiments d’usage : maisons claustrales, hôpital, école, grange...



La construction de cet édifice débute vers 1072 par l'édification du chœur et du transept. Contrairement à celui des autres églises romanes andennaises, le décor mural extérieur annonce la richesse relative du chapitre de Sclayn avec ses grandes arcades autour des fenêtres du chœur et ses frises de petites arcatures au-dessus des fenêtres de la nef centrale et de la croisée du transept.



Au détour des anciens quartiers, cinq potales menaient à la Chapelle Saint-Roch érigée près de l'ancien cimetière en 1865 suite à une épidémie de choléra... L'ancien cimetière a été désaffecté en 1897.



D’un point de vue économique, la situation de Sclayn sur les bords de Meuse a fortement influencé sur l’histoire du village. Elle y a favorisé l’installation d’industries et d’entreprises, mais aussi le développement de cités ouvrières comme la Cité Tonglet ou la Cité de la Villette. Ces dernières formaient de véritables petits villages pour les ouvriers et leurs familles : bureaux, écoles, maisons construites à l’identique, épiceries,… Dans la Cité de la Villette, tous les toits portaient à l’origine les initiales « GD » en mémoire du fondateur de la cité, Gustave Dumont, le Directeur des carrières de Sclaigneaux.

Coup de cœur

Le Centre archéologique de la grotte Scladina est mondialement connu pour avoir révélé en 1993 la mâchoire inférieure d’une jeune Néandertalienne. Un site exceptionnel toujours en fouille qu’il est possible de visiter !

Bonne idée

Faire une petite pause bien méritée dans le parc de Sclayn! Inauguré récemment, il offre un cadre idéal pour un moment de détente : modules et tables de jeux, hôtels à insectes, potagers partagés, vue magnifique sur les bords de Meuse,…

4 km
Facile
131 N968 5300 Andenne
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
Image du circuit

Balade à Sclayn - 6,7 km

Terre seigneuriale du comté de Namur sous l’Ancien Régime, Sclayn et sa collégiale furent pendant plus de 600 ans le siège d’un chapitre fondé au 12ème siècle par l’empereur Henri. Quelques pas dans ses ruelles pavées rappellent ce passé historique...

Carte d’identité



Localisation : rive droite de la Meuse

Nombre d’habitants : 1.720

Nom des habitants : Sclaynois.e



Description

Le centre du village de Sclayn s’organise autour de la place communale. Autour d’elle gravitent des bâtiments historiques qui méritent quelques mots d’explication.



Le monument aux morts tombés durant la Première Guerre mondiale a été restauré en 2019.  Il trône sur la Place depuis la fin des années 1920 et fut réalisé par Gaston François, un artiste local originaire de Thon-Samson. À son sommet, la sculpture qui l’orne tient une épée, et a le « regard tourné vers la frontière de l’Est, dans une attitude calme et résolue ».



Construit au 13ème siècle, l’ancien presbytère, aujourd’hui transformé en habitations privées, a successivement servi d'habitation, d'hôpital, d'école ou de logis du maître. Le bâtiment est classé depuis 1949.



L’ancienne collégiale Notre-Dame et Saint-Félix de Sclayn, actuelle église Saint-Maurice, a été fondée au 11ème siècle et était desservie par un chapitre de chanoines jusqu’au 18ème siècle. Les petites rues charmantes des alentours abritaient les bâtiments d’usage : maisons claustrales, hôpital, école, grange...



La construction de cet édifice débute vers 1072 par l'édification du chœur et du transept. Contrairement à celui des autres églises romanes andennaises, le décor mural extérieur annonce la richesse relative du chapitre de Sclayn avec ses grandes arcades autour des fenêtres du chœur et ses frises de petites arcatures au-dessus des fenêtres de la nef centrale et de la croisée du transept.



Au détour des anciens quartiers, cinq potales menaient à la Chapelle Saint-Roch érigée près de l'ancien cimetière en 1865 suite à une épidémie de choléra... L'ancien cimetière a été désaffecté en 1897.



D’un point de vue économique, la situation de Sclayn sur les bords de Meuse a fortement influencé sur l’histoire du village. Elle y a favorisé l’installation d’industries et d’entreprises, mais aussi le développement de cités ouvrières comme la Cité Tonglet ou la Cité de la Villette. Ces dernières formaient de véritables petits villages pour les ouvriers et leurs familles : bureaux, écoles, maisons construites à l’identique, épiceries,… Dans la Cité de la Villette, tous les toits portaient à l’origine les initiales « GD » en mémoire du fondateur de la cité, Gustave Dumont, le Directeur des carrières de Sclaigneaux.

Coup de cœur

Le Centre archéologique de la grotte Scladina est mondialement connu pour avoir révélé en 1993 la mâchoire inférieure d’une jeune Néandertalienne. Un site exceptionnel toujours en fouille qu’il est possible de visiter !

Bonne idée

Faire une petite pause bien méritée dans le parc de Sclayn! Inauguré récemment, il offre un cadre idéal pour un moment de détente : modules et tables de jeux, hôtels à insectes, potagers partagés, vue magnifique sur les bords de Meuse,…

6.8 km
Facile
131 N968 5300 Andenne
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
Image du circuit

Balade à Landenne

Du germanique landa signifiant terrain auquel vient s’ajouter le suffixe -inas signifiant terre : l’étymologie du nom de Landenne nous en dit beaucoup sur l’apparence de ce village perché sur les hauteurs et les paysages qu’il offre.

Carte d’identité



Localisation : rive gauche de la Meuse

Nombre d’habitants : 2.511

Nom des habitants : Landennais, -aise



 

Description

Landenne se caractérise par l'homogénéité de son bâti ancien : la présence de gisements à proximité n'y est évidemment pas étrangère, elle est notamment visible dans les pierres de l’église Saint-Rémy, un édifice classique classé datant de 1760 ou des Fermes de la Porte Rouge ou Libois, situées non loin de là.



Les hauts plateaux verdoyants de Landenne offrent une vue à couper le souffle sur ses nombreux hameaux (Tramaka, Petit-Warêt, la Velaine,…) et l’un des lieux incontournables du village : le Château Collignon. Autrefois exploitation minière, puis agricole, il abrite aujourd’hui le Domaine du Chant d’Oiseaux. À la fois ferme pédagogique, gîte de grande capacité et producteur local (melons, quinoa, asperges,…), il est un passage obligé lors de votre visite dans le village !



La nature occupe une place de choix à Landenne, puisque le village est aussi situé à deux pas seulement de la Réserve naturelle de Sclaigneaux, l’un des trésors du territoire.



Coup de cœur

Les plus jeunes (et leurs parents !) craqueront pour les animaux de la Ferme du Chant d’Oiseaux qu’ils croiseront pendant leur balade : chevaux, moutons, ânes, canards,… c’est la pause tendresse de la promenade !



Le saviez-vous ?

Jean Tousseul est souvent associé à Seilles, mais c’est pourtant à Landenne que l’auteur, né Olivier Degée, pousse son premier cri en 1890 ! Il est d’ailleurs enterré dans le cimetière de l’église Saint-Rémy : n’hésitez pas à pousser la grille du cimetière et à longer le mur de l’église pour vous rendre jusqu’à sa tombe.



 

4.8 km
Facile
43 Rue de l'Eglise Saint-Remy 5300 Andenne
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
Image du circuit

Balade à la Réserve naturelle de Sclaigneaux

Reprise dans les zones NATURA 2000 et reconnue comme site exceptionnel d’intérêt biologique et historique, la Réserve naturelle de Sclaigneaux constitue l’un des trésors de notre territoire.

Description

Elle impressionne les promeneurs et passionne les scientifiques par la diversité des richesses qu’elle abrite. Et ce, sur une surface relativement restreinte : à peine 50 hectares ! Cette diversité est due aux diverses activités humaines qui s’y dérouleront au fil des siècles : dès l’époque romaine et jusqu’au Moyen âge en effet, on y extrait du minerai de fer et de plomb. Le site sert ensuite de lieu de pâturage pour le bétail (principalement des moutons) dont la présence ouvre le paysage, puis au 19ème siècle, une fonderie s’installe en contrebas de la Réserve, sur les bords de Meuse. Les fumées rejetées par ses immenses cheminées contiennent des extraits de métaux lourds (plomb, zinc, cuivre,…) qui empoisonnent petit à petit le sol du site. Cela explique qu’encore aujourd’hui, les pelouses de la Réserve naturelle sont essentiellement composées de graminées et de lichens.



Cet environnement favorise l’installation d’une faune variée. De nombreux oiseaux peuvent ainsi y être observés: alouettes, pics noirs, merles à plastron, hérons cendrés, hiboux des marais…  Les insectes ne manquent pas non plus : de nombreuses guêpes solitaires ou cicindèles (espèce de coléoptère) creusent ainsi leur nid dans l’ancienne sablière.



La diversité de la flore observable est elle aussi tout à fait remarquable : orchidées (pas moins de 9 espècs ont été répertoriées, dont deux très rares !), lande de bruyères, pinède, futaie aux chênes et hêtres imposants, lichens typiques…



Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à jeter un œil aux panneaux d’information qui se situent le long de votre promenade !

Coup de cœur

Le point de vue qu’offre la Réserve sur la Meuse et les villages qui la bordent est un passage obligé lors de votre balade !

Le saviez-vous ?

Le site de Sclaigneaux a toujours passionné les amoureux de la nature, mais sa reconnaissance comme Réserve naturelle est récente, elle ne date que de 1979 ! Elle a permis la mise en place de programmes de restauration et de préservation.

Rappel

Par sa beauté et son caractère sauvage, la Réserve naturelle constitue l’un des lieux de promenade préférés des marcheurs. Il est cependant bon de rappeler quelques consignes de base pour préserver ce lieu d’exception : respectez la tranquillité de la faune et de la flore en restant sur les chemins de balade et en tenant bien vos chiens en laisse, ne cueillez rien et n’abandonnez pas vos déchets ! La Réserve est un site d’exception que les membres de Natagora mettent tout en œuvre pour conserver : remerciez-les en respectant leur précieux travail !

4.9 km
Très facile
581-577 Rue Saint-Joseph 5300 Andenne
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
Image du circuit

Balade à Namêche

Si le village de Namêche était un matériau, ce serait incontestablement la pierre. On l’y retrouve partout : dans les rochers de Samson qui font face au village, dans les nombreuses maisons du 19ème siècle qui constituent ses rues, et dans les carrières et les dolomies de l’activité économique du village.

Carte d'identité



Localisation : rive gauche de la Meuse

Nombre d’habitants : 1.234

Nom des habitants : Namêchois, -oises



Description

L’ascension de la rue du Chêne est éprouvante pour les jambes, mais la vue sur la rue des Fermes qui la récompense vaut le détour ! Comme son nom l’indique, cette dernière est parsemée de trois bâtiments agricoles : les Fermes du Quartier, Tonglet et Wautier. Datées des 18ème et 19ème siècles, elles valent à la rue d’être classée au Patrimoine culturel immobilier.



Ces fermes sont bâties avec des pierres du pays : rien d’étonnant puisque la principale activité économique locale tourne autour de l’exploitation de la pierre et de la dolomie. Une fois transformée, la dolomie extraite est utilisée dans de nombreux secteurs industriels tels que la sidérurgie, la production de verre, l’industrie chimique ainsi que l'agriculture et la fabrication de fertilisants. Certains maîtres carriers étaient déjà actifs sur le territoire avant 1800, il s’agit donc là d’une longue tradition ! Aujourd’hui, ce sont les Dolomies de Marche-des-Dames qui gèrent les sites d’extraction namêchois.



Trois édifices religieux parsèment aussi votre balade. Selon la légende, l’église Notre-Dame aurait été fondée par Sainte Materne : le porche du bâtiment aurait d’ailleurs formé autrefois l’ancienne chapelle dédiée à la Sainte. La Chapelle Notre-Dame de la Paix porte pour sa part bien son nom : elle aurait été bâtie en 1900 par Mme Denis-Biot afin de rétablir la paix dans sa famille qui comptait pas moins de 8 enfants...  Non loin de là, la chapelle Sainte-Thérèse date finalement de 1929 et est dédiée à Sainte Thérèse de Lisieux.

Le saviez-vous ?

Le calcaire local a bien sûr été utilisé pour l’édification des bâtisses de Namêche, mais pas seulement : il s’exporte aussi aux 4 coins de la Belgique et a servi par exemple à la construction du barrage de la Gileppe, des canaux de Willebroek et de Charleroi ou de l’église Saints-Pierre-et-Paul à Ostende, rien que ça !

Coup de cœur

À l’époque Ministre des Travaux publics et propriétaire du château, François Moncheur se fait édifier au 19ème siècle un arrêt de train personnel, encore visible aujourd’hui : il permettait aux trains nationaux et internationaux de s’arrêter pile devant chez lui… la classe !

3.4 km
Moyen
8 Rue J.-B. Wauthier 5300 Andenne
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
Image du circuit

Escapade de Sirou

Le « Village gris », célébré dans ses écrits par l’ouvrier-écrivain, Jean Tousseul, est lié à l’histoire de l’industrie andennaise. C’est aujourd’hui la deuxième section de l’entité en terme de population.



Seilles compte parmi les plus beaux édifices romans : la chapelle de Reppe, datant du 11ème siècle.



L’autre église romane dresse sa tour massive, fortifiée, en haut du village, parmi les toits blancs, le paysage calcaire et les fours à chaux voisins, où un beau château, avec ses tours en poivrière, surgit d'un vénérable passé.

6.6 km
Facile
151 Rue de Tramaka 5300 Andenne
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
- Office du tourisme de la ville d'andenne -
Afficher plus  

Notre site utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d'audience. Plus d'informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer